MUSE un projet ambitieux

Dernière mise à jour : août 31


Dans cette interview, Sébastien Etter , CTO de la société stemys.io depuis 2014, répond à nos questions concernant ce projet de mise à jour logicielle d'équipements distants et de machines industrielles.


Que veut dire MUSE ?

MUSE est l’acronyme de Machine Update SoftwarE.


Quel service proposez-vous au travers du projet MUSE ?

Le projet MUSE a pour but de proposer des services d’aide au déploiement automatique et sécurisé de mise à jour logicielle d’équipements distants et plus particulièrement de machines industrielles.


À qui s’adresse cette prestation ?

Tous les fabricants d’équipements techniques et de machines industrielles peuvent bénéficier des services proposés par le projet MUSE. À partir du moment où une société doit effectuer des mises à jour logiciel sur des équipements déployés chez un client ou sur le terrain, il y a un intérêt fort à utiliser MUSE.


Avez-vous un cas d’application pratique de votre projet à ce jour ?

Nous avons pu collecter de nombreux cas pratiques auprès des partenaires du projet dans lesquels MUSE apporte un bénéfice non négligeable en termes de temps et de risque réduit lors d’une mise à jour.


Dans l’affirmative, pouvez-vous nous en dire

plus ?

Un des cas concrets les plus simple à comprendre sur l’apport d’un projet comme MUSE est le suivant : un constructeur de machine souhaite mettre à jour le logiciel d’un parc de machines chez un client donné. Il n’a pas d’autre choix que de faire déplacer un de ses ingénieurs sur site pour réaliser la mise à jour, incluant coût de déplacement, risque et réactivité (temps de transport). Avec MUSE cela peut se faire soit directement en ligne si les machines sont connectées à un réseau cette connexion est faite via un logiciel de mise à jour localement installé permettant au client final de procéder à la mise à jour sans risque.


Qui a développé ce projet ?

Le projet MUSE est le fruit d’une collaboration menée dans le cadre de l’association i-moutier. Nous bénéficions de l’appui des partenaires fondateurs du projet :

  • Tornos

  • Precitrame

  • Affolter Technologies

  • Sylvac

  • Ventura Mecanics

  • Ciposa

  • Plumettaz SA

D’un partenaire technique :

  • NextDay.Vision

Et de trois partenaires académiques :

  • HE-Arc Ingéniérie

  • CEJEF Division Technique

  • CEFF Industrie

Le projet MUSE est rattaché à l’Incubateur i-moutier. Quels avantages y trouvez-vous ?

Le véritable bénéfice pour le projet MUSE est d’être directement en contact avec des industriels non seulement concernés par la problématique à laquelle répond ce projet, mais également d’avoir leur appui et leur intérêt à un travail collaboratif pour développer de tels projets.


Quelle procédure avez-vous du suivre pour être intégrés à la communauté i-moutier ?

Comme l’a bien expliqué Frédéric Baetscher, membre du comité technique, dans son interview, le dossier à été soumis à l’Incubateur i-moutier puis partagé avec les membres du comité technique. Ensuite, nous avons dû présenter notre projet, sa mission et ses objectifs au comité et nous avons eu l’occasion de répondre aux questions. Ce processus était relativement simplifié et cela était très agréable pour avoir rapidement un retour de la faisabilité de notre projet.


Quels sont vos objectifs pour 2021 ?

Nous aurons avant la fin de cette année une première version utilisable du projet MUSE permettant ainsi son exploitation sur le marché.


Comment peut-on vous contacter en cas d’intérêt à votre solution ?

Le mieux est de contacter directement Anne Hirtzlin chez i-moutier qui peut ensuite faire la mise en relation avec le bon partenaire du projet. Il est encore possible de rejoindre le projet dans sa phase de développement, mais également par la suite dans sa phase d’exploitation.


33 vues0 commentaire